AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Masters of Horror

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rorschach
LoooooL
LoooooL


Masculin Nombre de messages : 1034
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Masters of Horror   Jeu 4 Oct - 14:03

Saison 1 et 2 en ma possession depuis quelques jours et 5 épisodes regardés.

(précision, aucun épisode ne se suit ni n'a de connecteurs ou quoi que ce soit. tous peuvent se regarder dans le désordre et indépendemment les uns des autres.)


quick review de ceux que j'ai vus, au cas où ça intéressera quelqu'un de débattre, parce que moi, ça m'intéresse toujours:



Cigarette Burns de John Carpenter, saison 1.



Kirby Sweetman sait comment retrouver les bobines des films rares. Toutefois, rien ne pouvait le préparer au travail de recherche pharaonique sur "La fin absolue du monde", un film prétendument montré une seule fois et dont la rumeur dit qu'il a poussé les spectateurs à une frénésie meurtrière avant que la salle de cinéma ne se consume mystérieusement...


mortel mortel mortel, j'le répèterai jamais assez. un discours puissant et intelligemment mené en une heure sur...whatever we want. une telle universalité peut difficilement laisser de marbre et c'est avec un talent indéniable que Big John aborde l'Homme et le Cinéma à travers l'oeil aiguisé qu'on lui connait et la chair "nouvelle" qui endosse le premier rôle, Norman Reedus.




Pro-Life de John Carpenter, saison 2.



Enceinte, séquestrée dans une clinique et poursuivie par sa famille, Angélique découvre que la menace extérieure n'est rien comparée à celle qui grandit dans son ventre...


ben...ça c'est tout l'inverse...une connaissance absolue de toute l'histoire en moins de deux minutes, des acteurs très moyens et un Ron Perlman malheureusement très sous-employé mais surtout en possession d'un personnage très très mal développé! Des plans très laids et une minuscule séquence "Assault-like" aux gunfights très cheap et mal filmés...incroyable...impossible de penser que ce même réalisateur a fait "Cigarette Burns". moi j'y crois pas en tout cas. c'est comme dire que Martin Scorsese a fait "Gangs of New-York"...'fin vous voyez où j'veux en venir! lol ah là là...quelle tristesse ce pro-life...[en plus je viens tout juste de découvrir qu'ilavait été écrit par les mêmes mecs qu'ont pondu "Cigarette Burns"! :'( ]

seul point positif, c'est le seul qui m'a fait détourner le regard pour l'instant...bah oui, quand je vois des grosses pattes, genre celle de bêtes que j'aime, pas sortir d'un vagin, j'me cache les yeux.





Family de John Landis, saison 2.




David et Celia, jeunes mariés, viennent d'emménager dans une ville de l'Ouest américain. Ils font la connaissance d'Harold, un voisin un peu étrange, qui ne tarde pas à révéler son vrai visage...

très "Contes de la Crypte"! c'est le p'tit truc un peu "humour noir" qui m'y fait penser. episode tout simplement excellent. ambiance très vite installée et surtout très reconnaissable, ce qui permet de jouer tout de suite avec et d'introduire le "hic" au spectateur. personnage principal tout simplement irrésistible! une gueule géniale, une tête bourrée d'ahllucinations et une bonhommie à rendre parano quiconque a des voisins! (vous comprenez donc que, sous sa bonhommie, ce personnage cache quelque chose de pas très catholique!). Les persos sont riches est parfaitement interprétés, prix d'excellence à ce fameux perso principal, George Wendt.
Quant à elle, l'histoire est rondement menée et efficace de bout en bout.
bref, épisode excellent.



Jenifer de Dario Argento, saison 1.



Après lui avoir sauvé la vie, l'officier de police Frank emmène Jenifer, une lolita des temps modernes dotée de pouvoirs de sirène, chez lui. Il découvre malgré lui qu'aucune bonne action ne reste impunie...

[il est abusé ce résumé...si vous matez la gueule de Jenifer vous verrez que le mot "Lolita" a pas la même acception que celle que vous lui donnez!]

bon...mon visionnage manquait un peu de sérieux parce que bon...quand vous avez un ami qui est en fait le personnage principal de "Jenifer" et qui est "fou" d'elle...ben vous passez plus de temps à vous poser des questions sur votre pote qu'a rééllement apprécier le film! mais bon, c'est pas bien grave parce que c'est prévisible dès le début...le problème avec cet épisode c'est aussi le degré d'empathie qu'on peut avoir (pour Jenifer s'entend of course...parce que, à part mon pote, j'visualise pas encore vraiment le type d'empathie qu'on peut avoir pour le héros...). bref, Jenifer est bien faite cela-dit et les scènes gores également. mais j'ai trouvé qu'on suivait justement trop le héros et pas assez la créature et que du coup, le discours qui aurait pu m'intéresser me passe en fait sous le nez...bref, ça m'a bien fait marrer quand même mais, si je compte Cardplayer, ça ne donne rien de très fameux à Argento pour l'instant en ce qui me concerne...mais je continue les investigations...





Dance of the Dead de Tobe Hooper, saison 1.



Dans un monde cauchemardesque post-apocalyptique, des corps réanimés dansent sur la scène du Doom Room pour le plaisir des quelques survivants d'une catastrophe nucléaire...

well, well, well...je hais le montage de cet épisode...si vous avez vu ne serait-ce que les 5premières minutes de Domino, vous voyez le tableau. la séquence de flashback qui fait l'ouverture de l'épisode notamment n'a aucune justification whatsoever! et la fin fait perdre tout ce qui s'était construit laborieusement, à savoir l'empathie pour le perso principal, Peggy. toutefois, (d'où le 2,5), une ambiance post-apo c'est toujours nice et ça donne lieu à quelque séquence plutôt bien trouvées et bien dark à souhait malgré le soleil tapant sous lequel elles se déroulent: pompage de sang à l'aide de tuyaux sur une petite vieille et "balancement" de cadavres spasmodiques dans une benne. le jeune Jak a une gueule hors du commun, ce qui fait toujours plaisir. il électrise et peut éventuellement attirer toute l'attention si vraiment on se fait chier (ce qui était mon cas dans plusieurs séquences.) la mère quant à elle a une putain de gueule et je vais de ce pas faire quelque recherche dans sa filmo pour la voir de nouveau dans d'autres contextes, parce que j'suis sûre qu'elle gère! bref...je kiffe ce contexte ultra merdique d'un futur proche, entrenu voire facilement enofncé dans une merde plus profonde via la débilité de jeunes amériloques qui passent leur temps à se shooter, à boire, à niquer et à se croire les meilleurs du monde...c'est un contexte qui me paraît hautement crédible. donc ça marche ça. (au passage, j'ai rien contre les gens qui fument, se shootent ou boivent, ou les trois en même temps, mais au cinéma, si.)



bref, en tt cas...voilà pour l'instant.
"Cigarette Burns" (titre français: "La Fin Absolue du Monde") m'avait mis l'eau à la bouche et l'a transporté vers les sphères les plus hautes...j'espérais n'en pas redescendre mais c'est raté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicødemus
Ra'dmin


Masculin Nombre de messages : 3485
Age : 31
Localisation : Poitiers
Trukalacon : Sexe... +... Histoire de Cul... =... Meurtre...
Date d'inscription : 11/08/2005

MessageSujet: Re: Masters of Horror   Ven 5 Oct - 5:27

faudra que tu me passe la saison 2

Même constat que toi : Cigarette burns mortel, Jennifer pas mal non plus, dance of the dead très mal réalisé selon moi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-delirium.lolbb.com
 
Masters of Horror
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Masters of Horror (2) - The Black Cat
» Masters of Horror (2) - Right To Die
» [Masters of Horror] La survivante
» Masters of Horror (2) - Pelts
» [Masters of horror] Jenifer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Délirium! :: Sections :: Passions, ou simples loisirs :: Autres-
Sauter vers: